Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ACF Actions Contre le Fascisme
  • ACF Actions Contre le Fascisme
  • : Acf est un mouvement antifasciste autonome! Un réseau qui s'étend sur tout le territoire dans le but de récolter un max d'info et d'être en action au maximum. Créer des liens avec les autres autonomes ...et dépasser les frontiéres pour lutter efficacement... Ouvrez les yeux , le fascisme est omniprésent ! Renvoyons le aux ordures! Nous, Vous, Tous et Partout !
  • Contact

Recherche

24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 10:05

Hongrie : Laboratoire de la droite fasciste et libérale

http://www.gauchemip.org/spip.php?article17652

<<Ne cherchez pas la place de la République à Budapest. Elle n’existe plus. Elle a été renommée place 
Jean-Paul-II. Un nom à l’image de la « Hongrie éternelle », qu’encense la droite hongroise au pouvoir  : chrétienne. Ne 
cherchez pas plus le mot République dans la nouvelle Constitution, entrée en vigueur dimanche. La République hongroise s’appellera désormais « Hongrie ». En avril, le parti au pouvoir, le Fidesz, avait fait changer à la va-vite, en quelques semaines, la loi fondamentale du pays, sans référendum. Le premier ministre, Viktor Orban, s’est appuyé sur une majorité caporalisée qui dispose des deux tiers des sièges au Parlement.

Cette Constitution est réactionnaire et liberticide à plus d’un titre. Dieu fait un retour dans la loi fondamentale. Mieux, il y « bénit les Hongrois ». En conséquence, le texte protège la vie, « dès sa conception ». Les féministes s’inquiètent donc de possibles initiatives législatives contre le droit à l’IVG. Dans la même veine, le mariage est défini comme une union « entre un homme et une femme » uniquement.>>

Le tout se passe dans l’indifférence générale...

Un grain de sable au début, qui aujourd'hui s'étend partout...

  

On peut citer parmi les mesures prises :

<<- Service de travail obligatoire pour les chômeurs, pour une somme inférieure de moitié au salaire minimum en vigueur, sous surveillance policière.

- Loi sur les médias soumettant les médias qui ti...endraient des « propos antigouvernementaux » à des amendes et même à une interdiction d’émettre. L’autorité de surveillance des médias (NMHH) décide désormais chaque année des médias qui peuvent continuer à émettre. Les agences de presse et les médias sont en outre soumis au contrôle d’un « centre d’information » à la botte du gouvernement. En juillet, 570 des 2300 journalistes des radios publiques ont été licenciés brutalement.
...

 


- Garde à vue de 24 heures sans aucune présence d’un avocat

- Adoption d’une nouvelle constitution réactionnaire sans aucun débat public et encore moins de ratification populaire. On peut y lire : « la constitution s’inscrit dans la continuité de la Sainte-Couronne » (symbole de la Hongrie monarchiste et du régime proto-fasciste du régent Horthy), « la vie du fœtus sera protégée dès sa conception », « la constitution protège l’institution du mariage, considéré comme l’union conjugale entre un homme et une femme, et l’institution de la famille ». La fonction de commissaire aux droits des minorités est supprimée. La cour constitutionnelle est dévitalisée.

- Remise en cause du droit des femmes à disposer de leur corps par des campagnes gouvernementales anti avortement

- Stigmatisation constante des Roms, qui représentent 8% de la population et qui sont les plus durement frappés par le chômage (à près de 50%) et plus largement de toutes les minorités.

Mais des résistances existent. Les mobilisations étudiantes contre la réforme des universités (qui oblige par exemple un diplômé à travailler en Hongrie sous peine de rembourser les aides universitaires) en octobre à Budapest, et dans les villes universitaires de Debrecen, Pécs et Sopron.

Ou encore le mouvement de solidarité envers les sans-abris qui sont victimes d’arrêtés discriminatoires pris par la municipalité de Budapest. Le maire de Budapest leur impose une amende de 180 euros et le maire du 8e arrondissement de la capitale les met en prison.....>>
 

 

  LT nous dit :
Ne faisons pas cocorico, il n'y a rien dans les mesures politiques horribles hongroises qui ne soit totalement en embryon (ou plus) dans la politique de la droite française : refus des "étrangers", refus de l'IVG, refus des droits de la femme, refus des droits des citoyens homos, retour à un totalitarisme religieux obligatoire, exaltation d'un sentiment nationnal ( souvent très artificiel) etc.....
 
Car oui en France, chez nous tout est là ....tout s'instale doucement ... personne ne réagit?? personne ne s'oppose??
Alors voilà vers quel tableau on se tourne ...dans la même indiférence que chez nos camarades Hongrois ..


« Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom, il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : C’est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer ! Et puis un jour on le prend dans la gueule et il est trop tard pour l’expulser. » -- Françoise Giroud.....

« J'ai vu les démocraties intervenir contre à peu près tout, sauf contre le fascisme. » A. Malraux....

« Le fascisme, c’est le mépris. Inversement, toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme. »
Albert Camus (1913-1960)....

‎"La dernière ressource de la bourgeoisie est le fascisme, qui remplace les critères historiques et sociaux par des normes biologiques et zoologiques de façon à se libérer de toute restriction dans la lutte pour la propriété capitaliste."
Léon Trotski - 1879-1940 - Leur morale et la nôtre, page 122....




Seul parmi les nazis

Depuis avril 2010, le parti néofasciste Jobbik siège au parlement hongrois et vitupère contre les Juifs, les Roms et tous ceux qui pensent autrement. Ceux qui descendent dans la rue pour manifester leur désaccord ont bien du courage, car en Hongrie, on risque gros à se déclarer antinazi. Yourope a rencontré de jeunes activistes que rien n’arrête et qui ne se laissent pas intimider.  

 

Où en sommes nous ???

Partager cet article

commentaires