Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ACF Actions Contre le Fascisme
  • ACF Actions Contre le Fascisme
  • : Acf est un mouvement antifasciste autonome! Un réseau qui s'étend sur tout le territoire dans le but de récolter un max d'info et d'être en action au maximum. Créer des liens avec les autres autonomes ...et dépasser les frontiéres pour lutter efficacement... Ouvrez les yeux , le fascisme est omniprésent ! Renvoyons le aux ordures! Nous, Vous, Tous et Partout !
  • Contact

Recherche

18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 09:06

 

Patrick Buisson

L'ANCIEN JOURNALISTE D'EXTREME-DROITE (MINUTE) DEVENU CONSEILLER DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE.

 

Patrick Buisson est depuis longtemps le conseiller de l’ombre de Sarkozy, mais les Français ne l'ont découvert que récemment. Durant la campagne présidentielle de 2007, on avait pu le voir pontifier sur la chaîne d’information en continu LCI. Les Français écoutaient ses raisonnements implacables, ses analyses dépourvues de toute émotion, mais ils ignoraient qu’il était l’instigateur principal de certains des principaux thèmes de la campagne. Car c’est bien lui qui suggéra à Sarkozy, à l’hiver 2007, de dramatiser la question de l’insécurité en profitant des échauffourées à la gare du Nord [à Paris] entre forces de l’ordre et jeunes d’origine maghrébine. C’est lui encore, et non son pendant républicain Henri Guaino, qui aurait soufflé au candidat UMP d'envisager de créer un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale en mars 2007. "Pour ma gauche, j’ai Guaino, pour ma droite, j’ai Buisson", résumait fièrement Sarkozy.

 

Mais la collaboration entre les deux hommes avait débuté quelques années plus tôt. En octobre 2004, Buisson s’était démarqué de la classe politique en étant le seul à prédire la défaite de Jacques Chirac au référendum sur le traité constitutionnel de l’Union européenne. Ce fut le seul à anticiper la victoire du "non" à 55 %. Sarkozy, impressionné par l’une de ses prestations télévisées, décida sur-le-champ d’en faire son éminence grise. Devenu conseiller spécial du candidat, Buisson insista pour que l’UMP aille braconner sur les terres du Front national. Pourquoi s’opposer à l’extrême droite quand on peut s’approprier ses idées ? Pour Buisson, il est indispensable de jouer sur la peur des gens, sur les difficultés d’intégration des immigrés et sur la nécessité de se débarrasser des clandestins. Il faut étaler au grand jour le mal-être de tous les Français "qui ne se sentent plus chez eux en France", dénoncer la "prolophobie" des élites qui ne pensent qu’à s’allier avec la gauche pour opposer un front républicain à l’extrême droite au lieu de s’attaquer aux vrais problèmes des vrais Français. C’est à partir de ces principes que sont nées plusieurs idées politiques phares, comme la réhabilitation du travail, les symboles de l’identité nationale, la mise au pilori de l’islam sous couvert de laïcité, le démantèlement de la "laïcité positive" prônée en 2007. Dernièrement, dans l’entre-deux-tours des cantonales, c’est encore et toujours l’austère Buisson qui souffla à Sarkozy la ligne du "ni-ni", c’est-à-dire de ne donner aucune consigne de vote, pour éviter tout rapprochement avec le Front national comme avec la gauche anti-FN.
    
Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui commencent à émettre des doutes sur les véritables ambitions du conseiller "pour la droite", souvent jugé plus proche des idées de Le Pen que de celles de Sarkozy. Certains n’hésitent pas à aller encore plus loin, à l’image d’Hervé Gattegno, rédacteur en chef au Point, qui le considère déjà comme l’homme qui fera perdre Sarkozy en 2012.

 

(Source : Courrier international - Article complet ICI)

Partager cet article

Repost 0

commentaires