Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ACF Actions Contre le Fascisme
  • ACF Actions Contre le Fascisme
  • : Acf est un mouvement antifasciste autonome! Un réseau qui s'étend sur tout le territoire dans le but de récolter un max d'info et d'être en action au maximum. Créer des liens avec les autres autonomes ...et dépasser les frontiéres pour lutter efficacement... Ouvrez les yeux , le fascisme est omniprésent ! Renvoyons le aux ordures! Nous, Vous, Tous et Partout !
  • Contact

Recherche

3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 21:19
Claude Hermant, le leader officiel de la Maison flamande.Photo Né Claude Hermant, le leader officiel de la Maison flamande.Photo Né

La Maison flamande, qui s'est installée en 2008 dans un discret local à Lambersart, affirme oeuvrer pour ramener à elle la « jeunesse perdue ».



Depuis trois ans, l'association identitaire multiplie les actions pour accroître sa visibilité.
Ses dirigeants ne s'en cachent pas : un des outils de la Maison flamande, qui revendique 400 adhérents, est de sans cesse faire le buzz pour accroître sa visibilité et ramener à elle les « brebis perdues » du capitalisme et de la mondialisation.
Installée en 2008 à Lambersart, l'association identitaire s'est tout de suite attiré les foudres des antifascistes et anarchistes, très organisés et structurés dans la métropole lilloise. Plusieurs manifestations ont été organisées pour dénoncer la présence d'un « repaire de fascistes » aux portes de Lille, en octobre 2008 et en juin 2010. Mais le maire de Lambersart, Marc-Philippe Daubresse (UMP), a toujours scandé que sans illégalité et trouble à l'ordre public, il ne lui appartenait pas d'interdire la présence de la « Vlaams Huis » à Lambersart.

 


La "Maison Flamande" est-elle pro fachiste... par GrandLilleTv

Candidature aux municipales ?

Depuis, celle-ci s'est structurée, étoffée, autour de deux leaders officiels cachant le vrai patron, un médecin désireux d'anonymat : Claude Hermant, ancien du DPS, le service de sécurité du FN, et Luc Pécharman, ancien responsable du FN dans le Nord. Ces deux-là, qui font tout pour paraître transparents, ont beau nier être d'extrême droite, ils ne nient pas les « rapprochements idéologiques évidents » qu'ils ont avec le parti de Marine Le Pen. Mais ont un désir d'indépendance qui les a conduits à couper les ponts avec le Bloc identitaire, avec qui ils s'étaient associés au départ. « Au Front, comme au Bloc, tout est imposé d'en haut. Chez nous, ce sont les adhérents qui décident », indique Luc Pécharman.
Malgré cela, les discours sont semblables. Claude Hermant se dit « antisystème, antimondialisation, anticommuniste, antisocialiste ».
Il est favorable à la peine de mort. Vomit le « tout halal » et critique « l'islamisation de la France ».
« On respecte les autres identités, tant que la nôtre n'est pas menacée », lâche-t-il. Et cette identité a des racines forcément monolithiques : « D'abord flamandes, puis françaises et européennes. » Et aussi chrétiennes, mais « uniquement pour la chrétienté en tant que culture ».
Dans ce local de Lambersart, les identitaires viennent boire un verre, assister à des conférences, faire de la musculation, de la boxe, du paint-ball.
Plusieurs associations satellites ont été créées, comme Terre Celtique, dont le but est de « chercher à sauver les jeunes en perdition » qui errent dans le centre-ville de Lille. En réalité, il s'agit de récupérer les skinheads qui traînent pour tenter de leur inculquer un fond idéologique solide et... grossir les troupes.
Il y a aussi Opstaan, le mouvement de jeunes. Le groupe le plus offensif, qui multiplie les distributions de tracts sur les marchés des Flandres et a organisé une manifestation devant le tribunal de Lille, en octobre 2010, pour dénoncer la faiblesse de la justice face aux « racailles » .
La Maison flamande ne compte pas s'arrêter là, et parlait même il y a quelques mois d'une candidature aux municipales de 2014, à Lomme. Avec comme programme la séparation d'avec la voisine Lille.
Plus récemment, en juin dernier, une filiale a ouvert à Auchel, dans le bassin minier : la « Maison de l'Artois ». Signe que plus que jamais, le Nord - Pas-de-Calais est une terre de conquête pour les mouvements identitaires d'extrême droite.

 

Nord Eclair

Partager cet article

Repost 0

commentaires